FR EN

Observations : entre satellite, observatoire et gravité

Jeudi 31 mars 2022
Cité Internationale des Arts
Auditorium
18, rue de l’Hôtel de Ville 75004 Paris
Horaire : 19h00 – 21h30
Entrée gratuite sur inscription
Réglementation sanitaire COVID 19 en vigueur
La présentation de Marcus Neustetter sera en anglais.

Sommaire :

Participants

Marcus Neustetter - Seeking Dialogue and Unfolding Meaning

Seeking Dialogue and Unfolding Meaning

Marcus Neustetter - Lead the Way Again

From abstract telescope collaborations at the Sutherland Observatory in South Africa to attempted conversations with a dysfunctional satellite SumbandilaSat – exploring these tools for scientific pursuit has served both the creative process and the quest for sense-making in the artistic journey of Marcus Neustetter. The presentation will touch on moments of two 10-year projects, highlighting the artistic strategies of social engagement and experimentation for meaning and local relevance to unfold.

Sutherland Reflections
A project started with the International year of Astonromy 2009 with collaborator Bronwyn Lace. This decade-long project in Sutherland collaborated with archeologists and astronomers in the heart of the Karoo, a semi-desert in central Southern Africa and home to the Southern African Large Telescope and an array of international observatories. The artists sought to create connections to the publicly unacknowledged history of the early inhabitants of the area and to highlight the loss of expression in the current communities identities through the persistent oppression before, during and after the Apartheid regime. This project evolved into bridging art and science for social good through temporary and permanent public artworks, workshops, kite flying festivals, community centre activations, a film and book as educational resource, history and memory tours looking at sites of the forced removals, and several opportunities for supporting the local economy. An example of permanent intervention into the astronomical observatory landscape is a community dome – an embassy for the disempowered local community to symbolically claim back and have access to land used for scientific pursuit.

Lead the Way Again SumbandilaSat
Before a solar storm in 2011 that damaged the onboard computer, Neustetter was receiving images and creating artworks from the vantage point of South African micro earth observation satellite SumbandilaSat. But since the damage, he has only been able to track the satellite, but not communicate with it nor receive its images prompting the artist to actively speculate, search and imagine. This has resulted in drawings, videos, performative dialogues, responsive robots, planetarium shows, installations and sound pieces for the past decade – attempts to both reach out and to visualise what Sumbandila’s perspective and encounters might be. These have manifested in large-scale installations such as Lead the Way at the ZKM in Karlsruhe (Germany) with interactive robots that track Sumbandila and send her morse-code light signals, in Dakar (Senegal) as a form of durational performance with local collaborators looking at speculative landscapes’ possibilities experienced by the satellite, and in Bloemfontein (South Africa) as a series of planetarium performances and films. Other forms have been single microscope drawings, digital print series and a dedicated stamp sheet commissioned by the South African Postal Service. The latest form is a letter artwork that will be sent to the International Space Station (2022) with the Moon Gallery, with another being sent to the Moon in 2024. The letter is addressed to the Sumbandila Satellite as a gesture of hope to connect to this defunct lonely orbiting ambassador. As the name Sumbandila means “lead the way” in Venda language, the letter asks her to Lead The Way Again

Marcus Neustetter

Marcus Neustetter (born 1976, Johannesburg) earned his undergraduate and Masters Degree in Fine Arts (2001) from the University of the Witwatersrand, South Africa.
Interested in cross-disciplinary practice, site-specificity, socially engaged interventions and the intersection of art and activism, Neustetter has produced artworks, projects, performances and installations across Africa, Europe, America and Asia. Searching for a balance between poetic form and asking critical questions, his media fluctuates in response to concept and context. Ideas often circle the cross-over practice of art, science and technology in an attempt to find new perspectives on his process.
As artistic director, facilitator, researcher and strategist to various creative industry areas, he finds himself building opportunities and networks that develop interest beyond his personal artistic practice mainly through his 20 year collaboration The Trinity Session.
Neustetter is an adjunct professor with the Nelson Mandela University and currently moves between his studios in Johannesburg and Vienna.
Projects, exhibitions and accolades include: Artist in Research Fellow for the Smithsonian National Museums of African Art and Air and Space, Washington DC, USA; Into the Light, solo exhibition at the Wits Art Museum, Johannesburg, South Africa; Sud Triennial 2014 /2017 invited artist, Douala, Cameroon; Sutherland Reflections, art-science project with the South African Astronomical Observatory and Southern African Large Telescope; Imaginary Futures, commissioned planetarium show Bloemfontein, South Africa, and online networked performances; Artistic director of ISEA2018 Durban (International Symposium of Electronic Art); Lead the Way Again artwork for the ISS (2022) and the Moon (2024) with the Moon Gallery.
https://marcusneustetter.com

Laurent Karst, Filippo Fabbri (Percept-Lab) - Le chant gravitationnel

Le chant gravitationnel. Un hommage à Galilée

Le chant gravitationnel - Percept-Lab (Laurent Karst, Filippo Fabbri) © image 3D, Glenn Medioni

Le Chant Gravitationnel est une installation visuelle et sonore qui s’appuie sur une transposition poétique et sensorielle des travaux de Galilée réalisés en 1624, à partir d’une expérience permettant de démontrer le principe de l’accélération des corps liés aux champs gravitationnels.
Le dispositif artistique procure au visiteur une expérience sensorielle, visuelle et sonore en perpétuelle métamorphose, capable de faire ressentir physiquement ce phénomène. La gravité est l’une des quatre interactions fondamentales qui régissent l’Univers. Le chant gravitationnel propose une perception poétique de ce phénomène, qui conditionne toute forme de vie dans notre monde et qui est à l’origine du fonctionnement même de la nature et du cosmos.

Le chant gravitationnel s’inscrit dans les activités scientifiques de Filippo Fabbri, Maître de Conférences à l’Université Paris-Saclay : tout d’abord dans ses recherches expérimentales autour des phénomènes et des mécanismes à l’origine des modifications de l’état de la matière et de son comportement à petite échelle, en particulier dans le domaine des matériaux photo actifs. Dans ces systèmes, on observe des phénomènes de déformation et de migration photo-induite de la matière, qui sont le résultat de l’action de plusieurs champs de force (électrostatique, électromagnétique, mécanique…) agissant parfois de manière collaborative parfois antagoniste, selon les configurations et l’échelle.
Parmi les champs de forces en action, la force gravitationnelle, qui lie masse et accélération des corps, est paradoxalement souvent négligée à petite échelle, à cause de la prépondérance d’autres champs de force, malgré le rôle majeur que la gravitation revêt à l’échelle de l’univers. Le questionnement autour des mécanismes et des dynamiques résultants de l’immersion de la matière dans des champs de force, et de la mesure qu’on peut réaliser de ces phénomènes, est donc à l’origine du Chant Gravitationnel, qui interroge aussi le concept même des champs de force, espaces qui sont à la genèse de toutes modifications et évolutions de l’univers.

Le chant gravitationnel constitue également un outil et un terrain d’investigation pour une autre thématique de recherche de F. Fabbri, autour des « immersive analytics » : la représentation des masses de données à travers des espaces immersifs multi-sensoriels et interactifs, afin d’utiliser la perception sensible et les facultés conscientes/inconscientes de l’être humain pour analyser et comprendre la réalité. En particulier, cette œuvre pose des défis en termes de design sonore, de spatialisation sonore, de sonification/audification et représentation de données dans le domaine visuel et auditif, ainsi que de défis technologiques d’automation, de systèmes multi-agent et d’intelligence distribuée.

Projet Lauréat de l’appel à projet de La Diagonale Paris-Saclay et de la Scène de recherche de l’ENS Paris-Saclay, projet Arts-Sciences-Technologies « Expérimentation » 2020.

Crédits
Le chant gravitationnel. Un hommage à Galilée
Percept-Lab : Fillippo Fabbri, chercheur/compositeur – Laurent Karst, architecte/designer

Laurent Karst

Architecte et designer

Laurent KARST est architecte designer, diplômé de l’École d’Architecture de Strasbourg et de la Domus Academy de Milan en design industriel. Lauréat du prix de la Villa Médicis en 1995 pour une recherche sur l’utilisation des déchets industriels, il travaille ensuite dans différentes agences internationales d’architecture, notamment au sein de l’agence Jean Nouvel. Parallèlement, il développe, en collaboration avec Serge Eloire, architecte, une série de sculptures immergées dans la mer. Amphitrite I et un projet monumental de sculpture urbaine cybernétique pour la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain La Fontaine à vapeur du Gand Verre. En 2006, il crée Atelier 16 – architectures et développe des projets d’architecture à petite échelle et de design, avec une attention particulière pour les matériaux bruts et leur mise en œuvre, avec une forte empreinte plastique et artistique. Enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon en design et architecture, il créé, en 2014, l’Atelier de Recherche Art et Science autour de ce rapprochement entre les arts et les sciences qui met en relation des étudiants en art et en design et des chercheurs de la Faculté des Sciences de Dijon. Co-fondateur en 2005 de LABOFACTORY avec l’artiste physicien Jean-Marc Chomaz, il a été de 2017 à 2019, chargé de mission à l’Ecole Polytechnique pour le développement de modules d’enseignements en Art et Science. En parallèle, Laurent Karst a accompagné en design différentes start up portées par le centre X Novation de l’Ecole Polytechnique. En octobre 2021, il soutient, à la Sorbonne, une thèse pour une recherche sous l’intitulé “Interfaces art et science et dispositifs d’espace”.

Filippo Fabbri

Maître de conférences à l’Université Paris-Saclay ; compositeur

Filippo Fabbri a obtenu une Licence en Ingénierie Informatique en 2002 et un master en Ingénierie des Systèmes en 2005, à l’Université La Sapienza de Rome. Il s’intéresse en particulier aux micro-nanosystèmes et aux matériaux intelligents, obtenant en 2009 un doctorat en physique appliquée au Laboratoire de Physique de la Matière Condensée de l’École Polytechnique et, par la suite, un doctorat en Ingénierie des Systèmes à l’Université La Sapienza de Rome. En même temps, il a completé ses études de piano, de composition et d’orchestration au Conservatoire H. Berlioz de Paris et au CRR93 d’Aubervilliers.
Il est Maître de Conférences de l’Université Paris-Saclay depuis 2010, il mène sa recherche dans les domaines des nanosciences et, plus récemment, dans le domaine du sound-art et des systèmes immersifs. Ses intérêts portent sur les (nano)matériaux intelligents, les senseurs et les actionneurs, les technologies immersives, l’ambient-assisted-living et l’art-science. Il a monté et porté nombreux projets de recherche et d’innovation pédagogique au niveau local, national et international dans ces différents domaines. Il a fondé et dirige la Licence Professionnelle « Techniques du Son et de l’Image » de l’IUT de Cachan et il a créé le nouveau studio professionnel d’enregistrement, tournage et post-production « STAR » (Systèmes et Technologies Audiovisuels et Réseaux) de l’Université Paris-Saclay. Après avoir travaillé pour la construction du nouveau parcours ARRC en recherche-création de l’École Normale Supérieure Paris-Saclay, il est enseignant et réfèrent pour l’UE « Environnements Immersifs » et pour le module « Sensations et Symbolisations ».
En tant que compositeur, sound-artist et multi-instrumentiste, il travaille surtout dans les domaines du théâtre, du cinéma, de la danse et de l’art contemporain, avec de nombreuses résidences de créations, expositions et workshops en France et à l’étranger (Cité Internationale des Arts, Maisons des Métallos, Centre G. Pompidou, Parc Floral, Stubbins Gallery (Atlanta, GA), Ruskin School of Art (Oxford), Goethe Institute, Institut Français, etc.). Il est également membre du collectif art-science LABOFACTORY.

Percept-Lab

Percept-Lab est un collectif artistique pluridisciplinaire, créé en 2021 par Laurent Karst, architecte et Filippo Fabbri, chercheur/compositeur qui a pour vocation de développer des œuvres et installations avec une forte empreinte sensorielle autour de processus de dialogue entre art et science. Pour, Deleuze et Guattari, philosophes « un percept n’est pas une entité indépendante d’un objet expressif dont on peut faire l’expérience. Il est conservé, délivré, vécu à travers un « être de sensations » par l’intermédiaire de l’objet. Un percept est un ensemble de « sensations qui survivent à ceux qui les éprouvent, en tant que bloc ou concept de sensations autonomes, il vaut pour lui-même, excède tout vécu, toute expérience sensible singulière ». Percept-Lab entend affirmer ce rapprochement entre Percept et Art, à travers une nouvelle conception multi sensorielle de l’objet et de l’art, liée à l’expérience.

Percept-Lab est le prolongement d’une recherche initiée depuis plusieurs années autour d’une collaboration avec l’Ecole Polytechnique au sein du collectif Labofactory créé en 2005. Ce travail de recherche entre Arts et Sciences, a produit plus de 25 œuvres, présentées en France et à l’étranger dans le cadre de nombreuses expositions et événements à la fois artistiques et scientifiques. Le collectif a pour but de rassembler des chercheurs, des artistes, des designers, des compositeurs, des philosophes et des créateurs de différente nature, autour d’une synergie nouvelle entre art et science.

Vidéos

A venir après la rencontre

Galerie

Partenaires

Programme créé par Leonardo/ISAST, LASER (Leonardo Art Science Evening Rendez-vous) est un partage d’expériences autour de projets art-science dans des rencontres semi-formelles, hors du cadre institutionnel.

Rencontre LASER Paris co-organisée par Leonardo/Olats et La Diagonale Paris-Saclay, en partenariat avec la Cité internationale des arts, l’équipe de recherche TEAMeD de l’Université Paris 8 Vincennes- Saint-Denis et l’Ecole Universitaire de Recherche ArTeC, avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso et le programme Investissements d’Avenir. Cette rencontre LASER a reçu la labellisation d’ITACCUS (le Comité pour une utilisation culturelle de l’espace) de la Fédération Internationale d’Astronautique (IAF).