FR

Corps à Corps

Jeudi 9 décembre 2021
Cité Internationale des Arts
Auditorium
18 rue de l’Hôtel de Ville 75004 Paris
Horaire : 19h00 – 21h30

Sommaire :

Participants

Abdessamad El Montassir - Résistance Naturelle

Résistance Naturelle

Résistance Naturelle © Abdessamad El Montassir

Comment s’intègre, chez un ensemble de personnes, des stigmates d’un événement qui n’est pas encore survenu mais qui semble pouvoir se déclencher à tout moment ? Une plante peut-elle être un indicateur des rapports de forces socio-politiques dans un territoire donné ? En prenant comme point de départ ces axes de recherches – le droit à l’oubli, les récits fictionnels et viscéraux, et le trauma d’anticipation-, Abdessamad El Montassir propose de questionner comment les élaborations imaginaires, qui ne sont pas basées sur le vécu, constituent et légitiment une mémoire. Dans un même temps, il interroge comment ces récits affectent des formes de comportements sociaux des citoyens ; et comment ils peuvent servir à l’historisation. Pour déployer ces recherches, Abdessamad El Montassir s’appuie sur des éléments non-humains et notamment une plante, le daghmous, qui a développé des systèmes de résistance et que l’artiste suit par le biais d’expérimentations scientifiques et d’interprétations métonymiques.

Projet réalisé en coproduction par Le Cube – independent art room, l’Institut Français du Maroc, l’IMéRA avec l’aide du Labex RFIEA+, Moussem Nomadic Art Center, Pro Helvetia Cairo et The Arab Fund for Arts and Culture.

Abdessamad El Montassir

Artiste né en 1989, Abdessamad El Montassir vit et travaille entre Boujdour, Rabat et Marseille. Ses recherches sont axées sur une trilogie : le droit à l’oubli, les récits fictionnels et viscéraux, et le trauma d’anticipation. Dans l’ensemble de son travail et de ses recherches, il met en place des processus réflexifs qui invitent à repenser l’Histoire et les cartographies à travers les récits collectifs ou fictionnels et les archives non matérielles. Dans un méme temps, ses projets questionnent les traumatismes et leurs influences sur les individus, leurs comportements et leurs évolutions socio-politiques, et déploient des processus où ces traumatismes servent à l’historisation. Il aborde ces problématiques en prenant en considération les savoirs des identités qui ne sont pas humaines – les plantes et les récits viscéraux – afin de faire émerger des manière renouvelées de penser nos environnements.

https://imera.univ-amu.fr/fr/resident/abdessamad-el-montassir
https://lecube-art.com/artiste/abdessamad-el-montassir/

Maflohé Passedouet, Eric Monacelli, Gladys Foggea - À la Verticale de Soi : à la frontière de la danse et de la recherche autour de la mobilité corporelle

À la Verticale de Soi : à la frontière de la danse et de la recherche autour de la mobilité corporelle

À la Verticale de Soi © Alexine Sement

Le projet À la Verticale de Soi est un projet porté par la compagnie Mobilis-Immobilis (M. Passedouet) et le laboratoire de recherche LISV (E. Monacelli). À la Verticale de Soi se situe aux frontières de l’art et de la recherche, du spectacle et de la technologie. La création scénique fait collaborer des prototypes robotiques, intégrant le vêtement et la danse, pour proposer une perspective futuriste sur la considération du handicap. Rendues invisibles, les assistances entre les êtres, les objets et l’environnement permettent de métamorphoser les difficultés en facilités.

Notre projet concerne la conception d’une solution d’assistance pour une danse inclusive. Un nouvel équipement pour des danseurs en situation de mobilité réduite est en fin de prototypage. Sur cette base, nous allons débuter la création d’un spectacle de danse. Le travail de recherche porte sur l’étude et la conception des éléments d’assistance basés sur une solution de robotique souple. Il s’agit d’éléments flexibles articulés par des actionneurs pneumatiques sous dimensionnés. Cette démarche vise à développer une assistance au maintien des danseurs à mobilité réduite qui soit sûre et légère. Le danseur à mobilité réduite peut ainsi se déplacer (en appui) sans une gêne bloquante.

Le projet est développé avec les soutiens de la Diagonale Paris-Saclay, de l’UVSQ et de l’Université Paris-Saclay.

Maflohé Passedouet

Maflohé Passedouet est une artiste plasticienne et numérique, scénographe, fondatrice et directrice artistique de la Compagnie pluridisciplinaire Mobilis-Immobilis depuis 1998. La Compagnie se place à la croisée des arts numériques, du spectacle vivant, des arts plastiques et de l’audiovisuel. Ses créations questionnent les relations entre le corps et les technologies récentes et existantes. Maflohé utilise le numérique pour créer des œuvres troublantes et sensorielles qui interrogent l’essence profonde de l’être humain à travers son lien tourmenté à la Nature, bouleversé par l’irruption des nouvelles technologies. C’est notre rapport à nous-mêmes, à nos corps, à nos croyances, à ce qui nous relie, qui est revisité, questionné à travers ses performances/installations multimédias, poétiques, ésotériques. Elle collabore régulièrement avec des artistes pluridisciplinaires et personnalités du monde de la recherche. Son travail est diffusé en France et à l’étranger.

http://www.mobilisimmobilis.com
https://cargocollective.com/maflohepassedouet

Eric Monacelli

Professeur des Universités au Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes de Versailles (Université Paris-Saclay, UVSQ), Président de Centre d’Expertise National CEREMH

Eric Monacelli est spécialisé en Robotique et en Assistance à la mobilité. Professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), ses recherches portent sur la compréhension des interactions entre l’homme et son assistance avec pour objectif la définition et la diffusion d’une mobilité inclusive. Il est l’un des concepteurs de nouvelles solutions innovantes avec notamment le Gyrolift, le Cycling wheelchair ou des plateformes de réalité virtuelle pour l’accessibilité comme Virtual Fauteuil. Il anime un réseau international autour de pôles de mobilité (Japon, Afrique du Sud, Canada). Dans le cadre de sa démarche sociétale, il est le président du CEREMH, association reconnue d’intérêt général qui est le Centre d’Expertise National sur les aides à la mobilité. Ses missions sont la sensibilisation des usagers, la formation et l’accompagnement de l’innovation en matière de mobilité pour tous.

Laboratoire de recherche LISV (UVSQ – Université Paris-Saclay) : www.lisv.uvsq.fr

Gladys Foggea

Originaire de la Guadeloupe, Gladys Foggea a été initiée dès son plus jeune âge aux danses traditionnelles. À l’âge de 12 ans, suite à un accident de la voie publique, elle devient paraplégique. Elle quitte son île pour faire ses études en métropole. En 1992, elle découvre la danse inclusive grâce à une association de loisirs au sein de l’hôpital Raymond Poincaré. En 1999, tout en pratiquant son métier de comptable, elle intègre la compagnie professionnelle Tatoo de danse inclusive, dirigée par Florence Meregalli. Puis en 2019, une nouvelle expérience s’offre à elle en intégrant la compagnie « La possible Échappée » dirigée par Kathy Mepuis. Outre ses activités de danseuse interprète, elle anime des ateliers de danses inclusives. Il est précieux pour elle de prouver que la danse et le handicap ne sont pas incompatibles. Elle met un point d’honneur à partager et transmettre sa passion pour la danse au travers d’interventions en milieu scolaire ou envers les publics empêchés.

Vidéos

Galerie

Partenaires

Programme créé par Leonardo/ISAST, LASER (Leonardo Art Science Evening Rendez-vous) est un partage d’expériences autour de projets art-science dans des rencontres semi-formelles, hors du cadre institutionnel.

Rencontre LASER Paris co-organisée par Leonardo/Olats et La Diagonale Paris-Saclay, en partenariat avec la Cité internationale des arts, l’équipe de recherche TEAMeD de l’Université Paris 8 Vincennes- Saint-Denis et l’Ecole Universitaire de Recherche ArTeC, avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso et le programme Investissements d’Avenir.