sec1Le GIAP

sec2rLes fondateurs

Yona Friedman
Walter Jonas
Paul Maymont
Georges Patrix
Michel Ragon
Ionel Schein
Nicolas Schöffer

Yona Friedman, Paul Maymont, Georges Patrix, Michel Ragon et Nicolas Schöffer se réunissent en mars 1965 pour fonder le Groupe International d'Architecture Prospective (GIAP) qui se propose de rassembler toutes les personnes préoccupées de recherches prospectives d'architecture et d'urbanisme.

Les premiers statuts définissent ainsi l'objet de l'Association:

"Réunir les chercheurs, dans le domaine de l'architecture et de l'urbanisme. Créer un lien entre ceux-ci, à une échelle internationale. Organiser des expositions de leurs oeuvres et toute manifestation susceptible de rendre leurs travaux publics."

Walter Jonas et Ionel Schein seront rapidement contactés pour faire partie du bureau, portant ainsi à 7 le nombre des membres fondateurs du GIAP.

 sec3r Premiers contacts

Dès sa constitution, le bureau de l'Association, composé de ses membres fondateurs et présidé par Michel Ragon, décide de contacter, avant la publication du Manifeste, des "Membres actifs" éventuels; une première liste est faite en mars 1965, précisée et complétée le 22 avril:

"à contacter tout d'abord: Biro et Fernier, Quarmby, Claude Parent, Hausermann, Deryng, Grillo, Polieri, Abraham Moles, Chenu, Utudjian, du Château, Szekely, Lucien Hervé, Jacques Bardet, James Guitet, Penalba (la constitution du GIAP a été précédée de réunions auxquelles participaient ces quatre derniers ainsi que Bourdonnais), Vasarely, Charbonnier (ORTF), Chanéac, J.C. Bernard, Stahly, di Teana, Nicoletti Manfredi, Schultze-Fielitz, Ruhnau, Guy Rottier, Bossard, Robert Risler, Nesjar, Groupe Algorithmique, Len Lye, Edouard Albert; trois critiques: Gaillard, Restany, Habasque; ensuite, Otto Frei, Soleri, Kurokawa, Kosice, Emmerich, Marta Pan, Katavolos, Andrault et Parat, Bourbonnais, Gomis, Puccinelli."

En mars déjà, le Groupe avait voulu "ne pas limiter le GIAP aux architectes" et avait prévu

"une section spéciale au sein du GIAP pour les artistes peintres et sculpteurs préoccupés de recherches architecturales ou para-architecturales tels Stahly, Gilioli, Szekely, di Teana, Guitet, Penalba, Pan, Kosice, etc... La scénographie serait utilement représentée par Polieri, la photographie par Lucien Hervé, et une critique d'architecture prospective par Gaillard et Restany".

Avant la publication du Manifeste également, le GIAP décide de prendre contact avec le Groupe Prospective.

Les fondateurs envisagent de

"susciter des cellules nationales du GIAP: par exemple par Kurokawa au Japon, par Jonas et Hausermann en Suisse, par Quarmby en Grande Bretagne, par Schultze-Fielitz, Ruhnau et Otto Frei en Allemagne, etc...".

Le GIAP décide également de contacter des "Membres Observateurs" parmi lesquels deux cinéastes, Jacques Caumont et Jean Hermann, le peintre Pierre Fichet, le groupe Actuel et des étudiants (c'est Nicolas Schöffer qui est chargé de ces contacts avec les étudiants).

Enfin, des "Membres de soutien" sont pressentis pour un Comité de Parrainage:

Louis Armand, Fourastié, Parinaud, Le Corbusier, le Dr Ménétrier, Le Ricolais, Buckminster-Fuller, Jean Prouvé, Delouvrier, Claudius-Petit, Sauvy, Wachsmann, Makowsk, Louis Pauwells. Nicolas Schöffer doit voir Louis Armand.

Les fondateurs décident de tenir le nom du GIAP secret avant de publier leur Manifeste et de faire une Conférence de Presse.

sec4rLe groupe du GIAP en 1965-66

Membres fondateurs

Yona Friedman, Walter Jonas, Paul Maymont, Georges Patrix, Michel Ragon, Ionel Schein et Nicolas Schöffer.

Membres actifs

Urbanistes,
Architectes,
Ingénieurs

Jacques Bardet, Jean-Claude Bernard, Biro et Fernier, Jacques Bureau, Chanéac, Deryng, Fehn, Friedman, Hausermann, Jonas, Maymont, Arthur Quarmby, Guy Rottier, Ionel Schein, Edouard Utudjian.

 

Plasticiens

Mathias Goeritz, James Guitet, Len Lye, Carl Nesjar, Georges Patrix, Robert Risler, Nicolas Schöffer, Szekely, Vasarely.

 

Photographe

Lucien Hervé.

Scénographe

J. Polieri.

Sociologues

Jean Fourastié, Abraham Moles.

Biologiste

Dr Ménétrier.

Critiques

Marc Gaillard, Gassiot-Talabot, Michel Ragon, P. Restany.

Bureau

 

Président : Michel Ragon;
Vice-Présidents : Nicolas Schöffer, Walter Jonas, Yona Friedman, Paul Maymont, Ionel Schein;
Secrétaire général : Georges Patrix;
Secrétaire général adjoint : J. Bardet.

sec2rBibliographie des membres du GIAP

Yona Friedman :

L'Architecture Mobile (1958)

Jean Fourastié :

La Civilisation de 1975 (PUF, Que Sais-Je, 1947)
Histoire de Demain( PUF, Que Sais-Je, 1959)
Les 40 000 Heures (R. Laffont, 1965)

Walter Jonas :

Das Intrahaus (Origo, Zurich,1962)

Dr Jacques Ménétrier :

Eloge de l'Incertitude (La Colombe, 1962)
Ce Monde Polarisé (Julliard, 1958)
Mon Socrate (La Colombe, 1964)

Abraham Moles :

La Cité Scientifique en 1972 (Sedeis)

Georges Patrix :

L'Esthétique Industrielle avec D. Huisman (PUF, Que-Sais-Je?, 1961
Beauté ou Laideur. Vers une Esthétique Industrielle (Hachette, La Nouvelle Encyclopédie, 1966)

Jacques Polieri :

 

Spectacles, 50 ans de Recherches (Architecture d'Aujourd'hui, mai 1958)
Scénographie Nouvelle ( Architecture d'Aujourd'hui, 1963)

Michel Ragon :

Où Vivrons-nous Demain ? ( R. Laffont, 1963)
L'Urbanisme et la Cité (Hachette, 1964)
Les Cités de l'Avenir (Encyclopédie Planète, 1966)

Ionel Schein :

Paris Construit (Vincent Fréal, 1961)

Edouard Utudjian :

 

L'Urbanisme Souterrain (PUF, Que Sais-Je ?, 1952)
L'Architecture et l'Urbanisme Souterrains ( R. Laffont 1966, préface de Michel Ragon

ET :

 

Les Visionnaires de l'Architecture. Textes et illustrations de Friedman, Schöffer, Jonas, Maymont. Collection : Construire le Monde (R. Laffont 1965, préface de Michel Ragon, postface de Jean Balladur)

Monographies consacrées à Schöffer et Vasarely (Griffon)
et à James Guitet (Arnaud).


sec3rLes buts du GIAP

Rassembler

les techniciens divers : sociologues, économistes, urbanistes, architectes, ingénieurs, artistes de disciplines diverses, préoccupés de "prospective" architecturale.

 

Promouvoir

cette nouvelle architecture, la faire connaître par des colloques, conférences films, livres expositions, etc.

 

Réaliser

car la recherche pour la recherche aboutirait fatalement à la sclérose. les membres du G.I.A.P. qui ne sont pas des rêveurs, sont bien décidés à faire entrer leurs recherches dans le domaine des réalisations.

La "prospective" est une science de la prévision à long terme, qui a été définie et préconisée par Gaston BERGER et son équipe.

L'urbanisme et l'architecture doivent être animés par un esprit prospectif s'ils ne veulent pas être dépassés avant l'exécution des plans.

Construire pour aujourd'hui, c'est aboutir à construire pour hier... Il faut apprendre à construire pour DEMAIN.

 sec4r Le Manifeste

L'explosion démographique,
l'accélération spectaculaire des progrès techniques et scientifiques,
l'augmentation constante du niveau de vie,
la socialisation du temps, de l'espace et de l'art,
l'importance croissante des loisirs,
l'importance des facteurs temps et vitesse dans les notions de communications,
font éclater les structures traditionnelles de la société.

Nos villes, notre territoire ne sont plus adaptés à ces transformations.
Il devient urgent de prévoir et d'organiser l'avenir au lieu de le subir.

Le GIAP a pour but de rassembler tous ceux, techniciens, artistes, sociologues et spécialistes divers qui recherchent des solutions urbanistiques et architecturales nouvelles.

Le GIAP veut être un lien entre les chercheurs de tous les pays, même si leurs thèses sont parfois opposées. Le GIAP n'a donc pour l'instant d'autre doctrine que la prospective architecturale.

CONTRE une architecture rétrospective.

POUR une architecture prospective.

Signé à Paris, en mai 1965 par Yona Friedman, Walter Jonas, Paul Maymont, Georges Patrix, Michel Ragon, Ionel Schein,Nicolas Schöffer.


sec2r
Les actions du GIAP

sec31°) Conférences
sec32°) Expositions
sec33°) Films
 

sec4r.gifRetour page d'accueil

sec4Retour oeuvres

sec4Retour urbanisme

sec4Plan du site