Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

TRUST ME, I'M AN ARTIST > JOURNAL DE BORD (DIARY) > TRUST ME, I'M AN ARTIST, FIN ET SUITE
< - Sommaire    
   



Trust Me, I'm an Artist - Journal de bord (Diary)

Tout au long de ce projet, je vais tenir un journal de bord de ma participation, avec des comptes-rendus des réunions et des rencontres, mais aussi mes réflexions, lectures et interrogations. Annick Bureaud


  • Trust Me, I'm An Artist, fin et suite

    Jeudi 7 décembre 2017


    Trust Me, I'm An Artist, c'est fini. Trois ans plus tard, je mesure le chemin (que j'ai) parcouru.

    La dernière performance, DNA Ancestry Testing par Larry Achaimpong et David Blandy, aura eu lieu aujourd'hui, à Londres, organisée par Arts Catalyst. Je ne l'aurai pas vue car ce jour même j'organisais une rencontre LASER à Paris. Trust Me, I'm An Artist s'est terminé pour moi les 16 et 17 novembre 2017, à Amsterdam avec la performance de Maja Smrekar et le symposium final organisé par la Waag Society.



       
    Maja Smrekar et Ada, 16 novembre 2017
    Waag Society, Amsterdam

    photo Annick Bureaud
    Comité d'éthique, 16 novembre 2017
    Waag Society, Amsterdam

    photo Annick Bureaud

    J'ai écrit un article, il y a un an, pour la revue Leonardo, tentant une première synthèse de mes réflexions. Aujourd'hui, il va s'agir plutôt de quelques remarques issues des présentations et des discussions lors des panels à Amsterdam.

    L'éthique peut-elle être une pratique artistique ?
    Cette question était l'une des quatre qui ont structuré la journée.
    Il me semble qu'il faut ici distinguer entre deux types d'œuvres : d'une part celles qui incluent, pour leur réalisation même, une question éthique et d'autre part celles qui traitent d'une question éthique sans toutefois présenter un quelconque problème éthique dans leur mise en œuvre, la différence entre le discours et la pratique en quelque sorte. La différence aussi entre un bioart qui s'inscrit de facto dans le vivant, qui utilise le vivant comme médium et le bioart spéculatif qui invente des scénarii mais dont les médiums restent ceux classiques de l'art et qui, en fin de compte, s'inscrit dans la logique de la représentation. La différence enfin entre ce qu'il est possible de faire sans laboratoire professionnel et ce qui nécessite une institution de recherche, cette dernière ayant des règles qu'il convient de suivre quand le studio de l'artiste n'a que celles qu'il/elle se donne.
    Je ne pense pas que l'éthique, en soi, puisse être une pratique artistique sauf à rester dans le spéculatif ou à entrer dans le risque d'une surenchère de projets extrêmes et spectaculaires, dans une transgression pour la transgression.

    Panel, 17 novembre
    Waag Society, Amsterdam

    photo Annick Bureaud

    La place de l'institution
    Une deuxième table ronde avait pour sujet "Institutions éthiques ou éthique institutionnalisée".

    Jurij Krpan, 17 novembre 2017
    Waag Society, Amsterdam

    photo Annick Bureaud

    Pour Jurij Krpan de la Galerie Kapelica, les artistes n'ont pas à justifier un projet devant un comité d'éthique. En revanche les commissaires et les institutions artistiques et culturelles ont besoin de comités d'éthique pour les aider à présenter les œuvres, pour les aider à apporter des réponses qui ne soient pas que techniques (autorisé - interdit). J'ai trouvé cette approche très intéressante. Trust Me, I'm An Artist est construit sur le modèle scientifique dans lequel les projets de recherche des scientifiques sont soumis à des comités d'éthique. Il met en scène la situation où des artistes doivent également, pour la réalisation de leurs œuvres, soumettre leur projet devant ces mêmes comités. Cependant, les scientifiques ne proposent pas leur dossier "individuellement" mais bien avec leur institution, leur laboratoire. Le format de Trust Me dans ce contexte me semble à reformuler : les artistes devraient se présenter conjointement avec le/la commissaire et l'institution culturelle qui les soutiennent. Cela aurait été très particulièrement pertinent pour cette édition car les artistes avaient été proposés, choisis par les partenaires du projet. Il serait intéressant de voir si le fait qu'un artiste est soutenu par une institution culturelle qui apporte sa caution, son argumentaire et sa validation artistique peut avoir un quelconque impact sur le regard porté par un comité d'éthique.

    Prise de risques et liberté de l'artiste
    Dans les riches échanges de cette journée, la singularité et la liberté de l'artiste ont fait entendre leur petite musique, motif récurrent qui allait et revenait au cours des discussions.
    J'avoue avoir quelques difficultés à comprendre pourquoi l'artiste parce qu'il est artiste aurait une attitude sociale et sociétale plus responsable que les scientifiques ou ses concitoyens, serait un être nécessairement équilibré, juste et bon et exempt des erreurs que le commun des mortels commet un jour ou l'autre. Les protocoles ont précisément été établis pour cela, pour border les erreurs et oublis que chacun peut commettre en toute bonne foi. L'éthique, dans la recherche scientifique apparaît comme un ensemble de règles destinées à protéger tout à la fois la société et le scientifique des dérives et des pressions. Ce qui fut intéressant pour moi fut de voir resurgir en filigrane, la dualité/dialectique entre responsabilité collective et liberté individuelle. Il ressort, du moins est-ce ainsi que je l'ai interprété, que le scientifique agit " au nom de tous ", au nom de et pour la société dans son ensemble et, à ce titre, est légitiment soumis à des règles d'éthique portées par cette même société. En revanche, l'artiste parle en son nom et conserve sa liberté individuelle dont celle de transgresser les règles édictées. Vieux débat, non résolu. D'autant moins résolu que la question posée est bien la liberté individuelle de l'artiste quand il travaille au sein d'un laboratoire scientifique : peut-il, doit-il se fondre alors dans les règles qui régissent le collectif ?

    Le public de "Trust Me, I'm An Artist" dans le Theatrum Anatomicum
    Waag Society, Amsterdam, Novembre 2017

    photo Annick Bureaud

    Trust Me, I'm An Artist, une performance artistique
    Trust Me, I'm An Artist est une meta-œuvre. En effet, il s'agit d'une performance à propos d'une œuvre. À partir de l'instant où l'artiste présente en public devant un comité d'éthique et où celui-ci délibère également en public, nous sommes dans le registre de la représentation et de la mise en scène. Dans l'ensemble des sessions auxquelles j'ai assistées, deux ont clairement souligné cette ambiguïté-dualité du projet. Kira O'Reilly et Jennifer Willet à Amsterdam ont totalement détourné le format en ignorant le comité d'éthique pour de facto faire une performance. Lors d'une édition précédente, j'avais organisé une session à Paris avec Art Orienté objet et le projet de transfusion de sang de panda sur le modèle déjà réalisé avec le sang de cheval. Cette fois, ce fut le comité lui-même qui, reconnaissant l'artificialité du processus et sa mise en scène, refusa de se prononcer et de faire les recommandations attendues.
    Trust Me, I'm An Artist peut être appréhendé, peut se lire comme un espace où l'on peut débattre de l'éthique dans l'art tout en étant une œuvre -un spectacle, une performance.
    À cet égard, c'est peut-être une forme de réponse positive à la question " l'éthique peut-elle être une pratique artistique " .

    Au-delà du bioart
    Trust Me, I'm An Artist a porté sur des œuvres dans le champ du bioart. D'autres domaines et d'autres créations soulèvent aussi des questions éthiques (intelligence artificielle, traitement des big data, surveillance technologique pour n'en citer que quelques uns parmi les plus discutés aujourd'hui) mais aussi utilisation de matériaux dangereux ou potentiellement dangereux comme dans Open Care d'Erich Berger et Mari Keto avec la radioactivité. Autant de thèmes et de pistes pour élargir le débat, pour une suite possible (et désirée ...).

    Ici se termine ce Journal de bord.



      
    "Intérieur hollandais", Waag Society, Amsterdam
    photo Annick Bureaud



 
 


   






Creative Europe   Le projet Trust Me, I'm an Artist est soutenu financièrement par le programme Creative Europe de l'Union Européenne.

The Trust Me, I'm an Artist project is supported by funding from the Creative Europe Programme of the European Union.


Le ArtSciLab du département ATEC de l'Université du Texas à Dallas soutient et participe à Trust Me, I'm an Artist par le biais des projets de publication expérimentale des Leonardo Initiatives qui incluent la chaîne Meta-Life sur la plateforme Creative Disturbance associée à Audiolats ainsi que le site web du projet Meta-Life.

The UT Dallas ATEC ArtSciLab supports and participates in the Trust Me, I'm an Artist project through the Leonardo Initiatives projects in Experimental Publishing including the Creative Disturbance platform channel on art and biology associated to Audiolats and the Meta-Life project website.



[ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.