Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

REPERES ET RESSOURCES > PRESENTATION D'OEUVRES ON LINE > L'ART ET LES NOUVEAUX MEDIAS
   



L'information sur l'art et les nouveaux médias : lettres d'information, listes de diffusion, magazines et revues en ligne.

par Annick Bureaud


Les publications périodiques en ligne, magazines, revues, lettres d'information ("newsletters"), listes de diffusion ("mailing lists"), etc., foisonnent.

Cette sélection a été opérée parmi les publications en langues française et anglaise. Y compris au sein de ces deux zones linguistiques, elle est loin d'être exhaustive.

On distinguera 3 catégories de publications périodiques électroniques : la lettre d'information, les listes de diffusion et la revue ou le magazine en ligne.

Sauf mention contraire, ces publications sont gratuites. Toutes disposent d'une rubrique "liens" qu'il est particulièrement intéressant d'aller voir pour découvrir de nouveaux sites, d'autres approches.

Note : Les images qui illustrent ce "Tour guidé" sont des captures d'écran, prises mi-septembre 2000, des pages d'accueil des différentes publications. Le copyright et tous les droits les concernant leur appartiennent.


1 - Lettres d'information ("Newsletters")

FineArt Forum - Leonardo Electronic Almanac - New Media Notes

La "lettre d'information" dispose d'un responsable éditorial (l'information est sélectionnée) et arrive régulièrement, par courrier électronique, chez les abonnés.

Son contenu est centré sur des annonces brèves et concises (manifestations, parutions d'ouvrages, nouvelles oeuvres, présentations d'institutions et de structures, appels à projets, offres d'emploi, etc.) et des comptes-rendus. Des articles de fonds sont progressivement apparus et complètent le dispositif.

FineArt Forum et Leonardo Electronic Almanac sont les deux premières à avoir existé et à avoir maintenu une régularité de parution depuis leur premier numéro. Elles disposent, depuis le milieu des années 90, d'un site web associé, proposant une très riche information (notamment leurs archives qui permettent) et des oeuvres au sein d'une "galerie".


* FineArt Forum - FAF - anglophone

- date de création : doyenne des lettres d'information, FineArt Forum, dont le sous-titre est "Art + Technology Netnews", a été créée en 1987 par Ray Lauzzana.

- rédaction/coordination : Nisar Keshvani. Les anciens responsables éditoriaux de FineArt Forum furent Ray Lauzzana, Judy Malloy & Nancy Nelson et Paul Brown.

- périodicité : mensuelle

- contenus : FAFcouvre l'ensemble du champ de l'art et des nouvelles technologies, aussi bien d'un point de vue culturel et artistique que de recherche. FAF reste fidèle à sa nature de lettre d'information et propose des "brèves", annonces de toute nature.

- commentaires : FineArt Forum est une ressource indispensable par la variété des sujets qu'elle traite, sa rigueur et son excellence.


* Leonardo Electronic Almanac - LEA - anglophone

- date de création : LEA naît en 1993. Elle succède à LEN (Leonardo Electronic News), lancé en 1991.

- rédaction/coordination : Craig Harris

- périodicité : mensuelle

- contenus : complémentaire de Leonardo et du Leonardo Music Journal, LEA offre, outre les classiques annonces, des essais et monographies d'analyse critique sur l'art et les techno-sciences, des présentations (rubrique "Profiles") d'institutions, festivals et créations dans le domaine art et technologie. Dans le cadre de Leonardo Digital Review (LDR), elle propose une des meilleures chroniques de comptes-rendus de livres, cd-rom, sites web et publications périodiques. Sur son site web associé, on trouve par ailleurs une galerie ainsi que l'accès aux archives des articles parus dans la revue Leonardo. LEA est payante, son abonnement ouvre à des réductions sur le reste de la gamme des publications de Leonardo/ISAST et la clé des archives.

- commentaires : LEA, comme Leonardo, est une publication à l'approche plus universitaire, tant dans le choix de ses articles que dans leur forme. Elle couvre un très vaste éventail de techniques et de pratiques, parmi lesquelles art et biologie, vie artificielle, robotique, téléprésence, etc., peu présents ailleurs. De ce fait, si techniquement, elle relève de la lettre d'information par son mode de diffusion/distribution, elle se rapproche, dans ses contenus et son site web, des magazines en ligne.


* New Media Notes - anglophone

- date de création : 1996

- rédaction/coordination : Gary Crighton

- périodicité : mensuelle

- contenus : New Media Notes est une lettre d'information et un site ressource sur et pour "les artistes qui travaillent avec les technologies contemporaines et l'art et les nouveaux médias". Elle propose des articles, comptes-rendus, interviews.

- commentaires : basée en Irlande, New Media Notes offre une information remarquable sur les activités dans ce pays.

C'est à la fin des années 80, l'époque "d'avant le Web" -autant dire la préhistoire d'Internet- que naissent les premières lettres. Le développement du Web, au milieu des années 90, voit l'éclosion de nouvelles publications, prenant d'autres formes : les listes de diffusion et les magazines.


2 - Listes de diffusion ("mailing lists")

Rhizome - Syndicate - Nettime - Spectre

La liste de diffusion repose sur une "expression directe" : tout abonné peut contribuer et reçoit les messages des autres, envoyés au fur et à mesure ou "groupés" (et plus ou moins sélectionnés) dans un "digest", généralement hebdomadaire. Tous les messages reçus sont archivés sur le site de la liste. Toutes les listes sont internationales, mais chacune a sa "couleur" et ses orientations, dont certaines reflètent son origine géographique.


* Rhizome - anglophone

- date de création : 1996

- rédaction/coordination : Alex Galloway (coordinateur du "Digest").

- périodicité : au fur et à mesure de l'envoi des messages pour le "Raw" ; le "Digest" est hebdomadaire et les informations sont sélectionnées.

- contenus : annonces, critiques, interviews, discussions. Parmi les principales rubriques, son site web propose :

"Artbase", une "archive" de l'art sur Internet (ce que dans un musée on appellerait une "collection"). Certains sites sont "clonés", c'est-à-dire dupliqués sur le site de Rhizome, dans l'état où ils étaient au moment de l'archivage, ou simplement "liés" (dans ce cas, ils restent sur leurs serveurs d'origine et peuvent éventuellement continuer à évoluer) ;

"Alt.Interface", développement d'interfaces alternatives à celle, très classique, du site. Par exemple avec "Starrynight", chaque étoile est une donnée de la base de Rhizome, ou avec "Spiral", l'archive est organisée sur une spirale chronologique 3D. L'interface est ici conçue comme un mode d'organisation de l'information mais aussi comme une création.

On trouve également une librairie ("bookstore") et l'archive de tous les mails reçus.

- commentaires : New Yorkaise, Rhizome déclare se consacrer au "new media art" (art et nouveaux médias). Dans les faits, on constate un accent prépondérant mis sur l'art sur Internet. Ses points forts sont ses interviews (avec des artistes ou des commissaires de manifestations et conservateurs de musées) ainsi que l'expérimentation de création en ligne (tant dans l'accueil d'oeuvres que dans le renouvellement de la mise en forme de l'information).


* Syndicate - anglophone

- date de création : 1996

- rédaction/coordination : Arthur Bueno, Andreas Broeckmann, Inke Arns.

- périodicité : au fur et à mesure des messages, pas de sélection, il suffit d'être abonné pour contribuer.

- contenus : annonces, articles, discussions. Sur son site, elle propose son archive, une base de données des institutions et des liens sur les programmes d'aides diverses à la création ou à la recherche dans le monde entier. Syndicate s'inscrit dans un vaste spectre artistique, mais aborde aussi largement des aspects politiques, sociaux, culturels au sens large.

- commentaires : Syndicate est basée à V2, à Rotterdam. La liste fut créée pour "aider les collaborations entre l'Europe de l'Est et de l'Ouest". Cet axe, aujourd'hui moins pertinent, évolue vers un réseau "Deep Europe". Si les contributeurs sont dans le monde entier, de son origine, elle garde un fort accent européen. Elle est une des meilleures sources d'information sur les artistes et activités dans les pays de l'Est, particulièrement actifs dans le domaine des arts et nouveaux médias depuis quelques années.

A l'été 2001, une crise intense secoue la liste Syndicate. Une partie des abonnés quittent la liste pour en créer une nouvelle, SPECTRE, qui se définit comme une "list for media culture in Deep Europe" (liste pour la culture et les nouveaux médias en Europe). Informations et archives à : http://coredump.buug.de/cgi-bin/mailman/listinfo/spectre


* Nettime - anglophone, francophone, néerlandophone

- date de création : 1995

- rédaction/coordination : parmi les iniateurs/animateurs de Nettime, on trouve Geert Lovink, Pit Schultz, Ted Byfield, Felix Stalder.

- périodicité : au fur et à mesure des messages, légère sélection.

- contenus : articles. Nettime, très axée sur le Net, se veut une proposition d'un discours cohérent, élaboré de manière internationale, situé entre l'euphorie technologique et le pessimisme apocalyptique des médias de masse traditionnels. Elle a une approche résolument sociocritique. Elle publie des "readers", collections d'articles à partir de son activité.

- commentaires : le site de Nettime a un design strict, austère, annonçant qu'il s'agit avant tout d'un outil de travail et d'échanges, centré sur les idées et la réflexion, qui n'a nul besoin de fioritures pour être pertinent.

La liste francophone, créée en 1999 et coordonnée par Nathalie Magnan, n'est pas une traduction de la liste anglophone, pour y accéder directement : http://ada.eu.org/cgi-bin/mailman/listinfo/nettime-fr


La technique de la liste de diffusion a permis une forme de publication très intéressante. Les distinctions entre artistes (qui créent les oeuvres), critiques/théoriciens (qui les commentent, les analysent et les critiquent) et lecteurs (qui lisent, sans droit de parole), et leurs fonctions et positions respectives dans la chaîne de production du discours sur l'art, sont rompues. Chacun pouvant réagir aux textes des autres et apporter ses commentaires, le débat public, contradictoire et immédiat, est pour la première fois présent dans le domaine de l'art, ouvert à tous. Les listes inventent ainsi une nouvelle forme de validation de l'art, qui n'est plus laissée aux seuls acteurs spécialisés du milieu (critiques ou institutions culturelles).

L'inconvénient des listes tient à l'inégalité des contributions et, parfois, les flots de messages suscités par quelques questions épineuses. S'abonner et se désabonner est très facile, elles sont gratuites : à chacun de se faire une opinion et de trouver ce qui lui sied.


3 - Revues/Magazines en ligne

Synesthésie - Le magazine du CIAC - Archée - Chair et Métal (Flesh & Metal) - Switch - Telepolis

A la différence des lettres et des listes, le magazine n'arrive pas directement chez l'abonné par courrier électronique. Il est publié sur un site, sur lequel il faut aller le consulter. Seules sont envoyées les annonces de parution des nouveaux numéros.

Si le magazine en ligne reste de facture classique par rapport à n'importe quelle revue d'art sur papier, il présente cependant des bouleversements significatifs.

Pour la première fois, à côté du discours critique et théorique, l'œuvre elle-même est disponible au regard et à l'évaluation du "lecteur" (ceci n'est évidemment vrai que pour les oeuvres en ligne). Le magazine sur l'art rejoint ici les grandes revues littéraires françaises, où nouvelles et poésies côtoyaient les articles de critiques.

Par ailleurs, pour certains d'entre eux (ainsi que pour une liste/site comme Rhizome), l'exploration de la dialectique entre l'acte de publication et l'acte de création en ligne est un enjeu majeur. L'exégèse de la création ne peut plus se faire de manière "externe" et "détachée". La prise en compte de ce que le médium engendre comme modifications dans la présentation et la visualisation de l'information, devient une question centrale. A des degrés divers, Synesthésie, Switch, Archée sont clairement dans cette voie.

Le magazine ou la revue sur l'art devient un objet de (la) création.

Enfin, toutes ces publications revisitent les notions de collections, d'archivage et d'accès à l'information. Disposant d'un site web, les articles, informations, œuvres, etc. y sont archivés dans une base de données, consultable par mots clés, déstructurant l'organisation habituelle par "numéros". Rhizome est à cet égard la plus explicite. Pour parler des oeuvres de Net Art qu'elle "collectionne", comme le ferait -et le font- les musées, elle utilise le terme "d'archivage". Le vocabulaire -ainsi que les pratiques- des archives et des bibliothèques supplante peu à peu celui des institutions artistiques comme les musées et les galeries. Plus encore, les oeuvres et leurs références (les "catalogues") deviennent des données de même nature au sein de la base de données générale que ! constitue le site. Ainsi l'information (l'article ou l'oeuvre), sa structure (sa rubrique), sa consultation (le numéro de la publication) et sa préservation (bibliothèque, archive) se fondent dans un même dispositif unificateur, où données et bases de données se rejoignent.

* Synesthésie - francophone (France)

- date de création : 1995

- rédaction/coordination : Anne-Marie Morice

- périodicité : 2 fois par an, sur un thème

- contenus : articles de fonds auxquels sont associés des oeuvres sur le thème du numéro, agenda des manifestations en France et à l'étranger, actualités, archives des anciens numéros.

- commentaires : Synesthésie se définit comme le magazine de "l'art contemporain en ligne", signifiant clairement par là que l'art et les nouveaux médias ne sont pas en dehors de l'art contemporain, mais aussi qu'il n'entend pas s'enfermer dans un ghetto. Son Agenda est remarquablement clair et bien fait.

Synesthésie associe étroitement articles et présentation d'oeuvres. La création n'y est pas cantonnée aux oeuvres mais aussi à la pratique même de la publication en ligne. Ainsi, l'interface du numéro 9, sur le thème "Identités multiples", a été conçue par l'artiste Claude Closky. Une multitude de petites fenêtres aux couleurs vives s'ouvrent sur l'écran, portant chacune le titre d'une rubrique.


* Le magazine du CIAC (Centre International d'Art Contemporain de Montréal) - francophone & anglophone (Québec)

- date de création : 1997

- rédaction/coordination : Sylvie Parent

- périodicité : environ 3 numéros par an, sur un thème

- contenus : articles de fonds, interviews, oeuvres, comptes-rendus (très fouillés), "sites à voir" (hors théme), liens, archive des anciens numéros.

- commentaires : Le magazine du CIAC est l'exemple même de ce que peut être un excellent magazine sur l'art et les nouveaux médias. De facture classique quant à son design, ses dossiers sont rigoureux et approfondis.

Les liens vers d'autres revues en ligne y sont particulièrement bien faits et intéressants.


* Archée - francophone (Québec)

- date de création : 1997

- rédaction/coordination : Pierre Robert

- périodicité : mensuelle (sauf les 2 mois d'été)

- contenus : Archée se présente comme une revue d'art "en ligne". Elle se consacre au cyberart ("oeuvres dédiées à l'interréseau et oeuvres interactives") et à la cyberculture ("culture artistique du cyberespace"). On y trouve des articles théoriques, des essais et des analyses d'oeuvres en ligne, des interviews, ainsi que les classiques comptes-rendus de manifestations, de cd-rom, d'installations interactives et des présentations d'institutions.

- commentaires : réalisée par un groupe de théoriciens et d'intellectuels, pour la plupart universitaires, Archée entre dans la catégorie des revues. Les articles de fonds et l'analyse critique y sont privilégiés. Si ces textes sont souvent de grande qualité, les catégories d'indexation (cyberart, cyberculture et théorie) sont quelquefois un peu confuses.


* Chair et Métal (Flesh and Metal) - francophone et anglophone

- date de création : 1999

- rédaction/coordination : Ollivier Dyens. Chair & Métal est hébergée à l'Université d'Etat de Louisiane à Baton Rouge, son créateur est Québécois.

- contenus : Chair & Métal a pour sous-titre "l'anamorphose numérique de l'univers". Elle entend "explorer les thèmes, structures, formes et fonds de la pensée et de la sensibilité humaines à l'ère de la technoculture". Elle se définit non comme une revue mais, comme un "espace", "espace de la réflexion et de la création". Elle propose des textes et des oeuvres.

- commentaires : Chair & Métal fait partie des revues qui considèrent que l'édition en ligne appartient au processus de création.

Son esthétique en noir et blanc, évanescente, rappelle les revues littéraires.


* Switch - anglophone

- date de création : 1995

- rédaction/coordination : Joel Slayton

- périodicité : environ 4 par an, sur un thème.

- contenus : Switch est le Media Art Journal (Revue des arts et nouveaux médias) du Cadre Laboratory for New Media de l'école d'art et de design de l'Université de San José, Californie. On y trouve des textes et essais, des oeuvres (rubrique "Projects"), des comptes-rendus et un calendrier. L'art sur Internet y occupe une place prépondérante. Les articles théoriques couvrent des thématiques très diversifiées.

- commentaires : Switch est une revue critique, analytique et de recherche, tant dans la réflexion que la création. Le design général est simple et clair. Chaque numéro fait l'objet d'une conception spécifique, expérimentale. Switch s'inscrit dans une dialectique entre le contenu et le médium. Pour Switch, un magazine en ligne sur l'art et la technoculture ne produit pas uniquement un point de vue "extérieur", il prend part à la discussion de "l'intérieur", dans la mise en page des informations et l'incorporation des oeuvres.


* Telepolis - germanophone et anglophone

- date de création : 1996

- contenus : Telepolis ou le magazine de la "Netzkultur" (culture du net). Il dispose d'une rubrique sur le Net Art.

- commentaires : nous n'avons vu que la version anglaise. Telepolis se situe dans l'orbite des publications à caractère socio-politique.







Il faut également mentionner ici les magazines, sur papier, de la "cyberculture" qui disposent de sites web sur lesquels l'on retrouve, de façon plus épisodique ou aléatoire, des articles et des oeuvres. Citons, dans le monde anglophone :

* Wired online, le magazine pionnier de la cyberculture.

* Intelligent Agent, créé en 1996/97, basé à New York. Sa liste de liens commentés ("Longitudinal arts") est très bien faite.

* Artbyte online, "le magazine de la culture numérique", est plus axé sur le design, la publicité et le marketing. L'information américaine domine.


 



© Annick Bureaud & OLATS, août 2000

   



[ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


Leonardo/Olats a reçu le soutien de la Fondation Daniel & Nina Carasso pour la période 2019-2021
Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.