Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

PIONNIERS ET PRECURSEURS > KARLHEINZ STOCKHAUSEN > BIOGRAPHIE
   



Biographie KARLHEINZ STOCKHAUSEN

22 août 1928 - 5 décembre 2007


Des années difficiles

  • 1928 : Le 22 août, Karlheinz Stockhausen nait à Mödrath près de Cologne en Allemagne. Né dans une famille catholique de souche paysanne, Karlheinz Stockhausen vit des conditions matérielles difficiles accentuées par la montée du nazisme, la guerre puis la défaite.

  • 1939 : Son père, un instituteur, s'engage comme volontaire et disparait en Hongrie.

  • 1941 : Internée dans un hôpital psychiatrique suite à une dépression, sa mère est exécutée sur ordre du gouvernement. A 13 ans, le jeune Karlheinz est donc orphelin. Il travaille dans un hôpital de guerre puis comme ouvrier agricole dans une ferme. Il apprend le piano grâce à l'organiste du village, le violon et le hautbois dans une école d'état. Il s'intéresse au jazz.

  • 1946 : Il entre au lycée (Gymnasium).

  • 1947 : Hans-Otto Schmidt-Neuaus, un élève d'Eduard Erdmann, l'accepte dans sa classe de piano au Conservatoire National de Musique de Cologne.

  • 1948 : Stockhausen suit des cours de philosophie, de philologie allemande et de musicologie à l'Université de Cologne jusqu'en 1951.

  • Depuis 1950 : premières compositions et exécutions des œuvres de Stockhausen.

  • 1951 : Une licence d'éducation musicale obtenue avec les félicitations du jury sanctionne cinq années d'études au Conservatoire National de Musique de Cologne . Son professeur de contrepoint et d'harmonie est Hermann Schroeder. Pour subsister, Stockhausen travaille notamment comme pianiste de bar, accompagnateur de l'illusionniste Adrion, ouvrier d'usine, directeur d'une troupe d'opérette. Il commence à étudier la composition avec le compositeur Frank Martin et rencontre Herbert Eimert, alors critique musical au Kölnischer Rundschau.

Le compositeur

    Le sérialisme

  • 1951 : Pour la première fois, le jeune compositeur participe aux cours d'été pour la Nouvelle Musique de Darmstadt. Il y découvre le sérialisme généralisé des Modes de valeurs et d'intensités d'Olivier Messiaen et la musique de Karel Goeyvaerts, un élève de Messiaen. Stockhausen compose Kreuzspiel et Formel, œuvres sérielles. A la fin de l'année, il se marie avec Doris Andreae. Ils auront quatre enfants : Suja (1953), Christel (1956), Markus (1957) qui deviendra trompettiste spécialiste de l'interprétation des œuvres de son père et compositeur, et Majella, pianiste (1961).

    La musique concrète

  • 1952 : Séjour à Paris. Il suit les cours d'analyse et d'esthétique d'Olivier Messiaen et rencontre Darius Milhaud. Il fréquente également le groupe de musique concrète de la RTF dirigé par Pierre Schaeffer. Il y réalise Etude. Karlheinz Stockhausen se tourne rapidement vers le travail sur la structure oscillatoire du son, c'est à dire vers la musique électronique (particulièrement vers la synthése additive). Il compose Spiel, les Klavierstücke I à IV et Kontra-Punkte (qu'il terminera l'année suivante). Pour la première fois, il commence à enseigner aux cours d'été de Darmstadt. Stockhausen y reviendra tous les ans jusqu'en 1974 et en restera conseiller permanent jusqu'en 1990.

    La musique électronique

  • 1953 : De retour à Cologne, Stockhausen compose sa première œuvre de musique électronique : Studien I pour sons sinusoïdaux. La même année, le studio de musique électronique de la radio W.D.R. de Cologne (Studio für Elektronische Musik des Westdeutschen Rundfunks Köln) est fondé avec sa participation. Stockhausen en deviendra le directeur artistique en 1963 et le restera jusqu'en 1977.De 1953 à 1974, Stockhausen est conférencier aux Cours pour la Nouvelle Musique de Darmstadt.

  • 1954-56 : Il étudie la phonétique, la théorie de l'information et de la communication avec le professeur Werner Meyer-Eppler à l'Université de Bonn.

  • 1954-59 : Co-éditeur de Die Reihe, une revue de théorie musicale ayant pour sujet principal la musique sérielle. Dans Zeitmasze pour quintette à vent, il commence à composer avec de larges groupes de notes, des « moments ». Plus tard, ce concept de Momentform prendra la succession du sérialisme, héritage de Webern et de Messiaen.

  • 1955 : Gesang der Jünglinge (1955-1956), musique électronique et sons concrets pour bande réalisée dans les studios de la W.D.R. à Cologne.

  • 1956 : Création mondiale de Zeitmasze à Paris.

    1956 à Cologne : Gesang der Jünglinge
    © Stockhausen Foundation for Music,
    Kettenberg 15, 51515 Kuerten,
    Germany.
    Fax : +49-[0]2268-1813


    L'aléatoire
  • 1957 : Première mondiale de Klavierstück XI à New York.

    1956 : Stockhausen à Vienne avec la partition de Klavierstück XI
    © Stockhausen Foundation for Music,
    Kettenberg 15, 51515 Kuerten,
    Germany.
    Fax : +49-[0]2268-1813


  • 1958 : Tournée de 32 concerts-conférences au Canada et aux Etats-Unis. A la suite de ses études en statistique (théorie de l'information) à l'Université de Bonn, Stockhausen commence à s'intéresser à la musique aléatoire. Stockhausen prend conscience d'une autre façon d'écouter : un voyage dans le son plutôt qu'une compréhension analytique d'une grille d'évènements. Création mondiale de Gruppen pour trois orchestres (composition entre 1955 et 1957).

    La spatialisation

  • 1959 : Fondation de son groupe d'interprètes. Stockhausen continuera ensuite à interpréter ses œuvres dans des tournées internationales avec son propre ensemble de solistes. Il expérimente les sons électroniques de synthèse et la projection spatiale avec Kontakte (cette œuvre existe en trois versions, une première sur deux pistes pour sons électroniques conçue pour la radiodiffusion et réalisée dans les studios de la W.D.R. à Cologne, une deuxième sur quatre pistes pour la projection quadriphonique et une troisième pour sons électroniques, piano et percussions).

    Nouvelle musique pour les percussions

  • 1951 : Kreuzspiel pour trois percussions, piamo, hautbois et clarinette basse.

  • 1955-1957 : Gruppen pour trois orchestres fait intervenir deux percussionnistes.

  • 1959 : Composition de Zyklus pour un percussionniste.

  • 1960 : Créations mondiales de Kontakte pour sons électroniques, piano et percussion à Cologne et de Carré pour quatre orchestres et quatre chœurs à Hambourg.

    Le concept de Momentform

  • 1962 : Le concept de forme momentanée, déjà approchée dans Kontakte (1959-1960), apparait dans la première version de Momente. Création mondiale de cette première version de Momente à Cologne.

  • 1963 : Stockhausen fonde les cours pour la musique nouvelle de Cologne et en devient le directeur artistique. Pendant cinq ans, de 1963 à 1968, il enseigne aux Kölner Kurse für Neue Musik à Cologne.

    Electronique et temps réel

  • 1964 : Fondation d'un groupe d'instrumentistes spécialistes de l'interprétation d'œuvres comprenant de la musique électronique avec lequel il donnera de très nombreux concerts de musique électronique instrumentale dans le monde entier. Composition de Mikrophonie I pour tam-tam, deux micros, deux filtres et potentiomètres, et de la première version de Mixtur pour orchestre, générateurs d'ondes sinusoïdales et quatre modulateurs en anneau.

  • 1965 : Professeur de composition à l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie. Composition de Mikrophonie II pour 12 chanteurs, orgue Hammond et quatre modulateurs en anneau. Création mondiale de Mixtur à Hambourg.

  • 1966 A Tokyo, il réalise Telemusik pour bande et termine Solo ( 1965-1966) pour un instrument mélodique et feed-back au studio de musique électronique de la radio japonaise (NHK).

  • 1966-67 Stockhausen est invité comme professeur à l'Université de Californie à Davis. Telemusik , composé au Japon, puis Hymnen (1967, création mondiale par le New York Philharmonic en 1971) utilisent des enregistrements provenant du monde entier.

  • 1967 : Mariage avec la plasticienne Mary Bauermeister. Ils ont deux enfants Julika (1966), Simon (1967). Création mondiale d'Hymnen.

  • 1968 : Composition de Kurzwellen pour six exécutants et récepteurs d'ondes courtes. Création mondiale de Kurzwellen à Brême.

    Exploration du chant harmonique

    1968 : Création mondiale de Stimmung pour six vocalistes à Paris. Création mondiale de Spiral pour un soliste avec récepteur d'ondes courtes à Zagreb.

    Musique intuitive

    Mai 1968 : Composition de Aus den sieben Tagen, 15 pièces de musique sur des textes sans partition et de Für Kommende Zeiten.

  • 1969 : Le 25 novembre, Hymnen est interprété dans les immenses grottes de Jeita au Liban. Création mondiale de Spiral (composée l'année précédente) à Zagreb. Composition de Fresco, de Pole et de Expo.

  • 1970 : Pendant 183 jours et devant près d'un million d'auditeurs à Osaka au Japon, Stockhausen fait jouer ses propres oeuvres avec vingt solistes de cinq pays différents. Les concerts ont lieu dans l'auditorium sphérique qu'il a conçu dans le pavillon de l'Allemagne de l'Exposition Universelle.

    Musique cosmique, formule

  • 1970 : Mantra pour deux pianos et électronique marque à la fois une volonté de spiritualité transcendantale et le retour à une partition entièrement notée avec des transformations d'une formule ("Mantra"). La création mondiale de cette œuvre a lieu à Donaueschingen.

  • 1971 : Stockhausen devient professeur de composition au Conservatoire National de Musique de Cologne. Il le restera jusqu'en 1977.

    Musique de parc

  • 1971 : Sternklang est interprèté pour la première fois à Berlin.

    Dramaturgie et super-formule

  • 1971 : L'aspect dramaturgique de la musique de Stockhausen s'amplifie avec Trans (création mondiale à Donaueschingen) où l'orchestre doit être plongé dans une lumière violette et vu à travers un voile. Tous les mouvements des musiciens sont composés d'une façon stylisée.

  • 1972 : Composition de Alphabet für Liège (13 situations musico-théâtrales), de Am Himmel wandre Ich et de Ylem.

  • 1974 : La mise en scène d'Inori comprend un ou deux mimes synchronisant leurs attitudes hiératiques avec l'orchestre. Création mondiale de cette œuvre à Donaueschingen.

  • 1975-1977 : Sirius, pour dispositif électronique et quatre solistes est composée à l'occasion du bicentenaire des Etats-Unis (juillet 1976). Une première partielle est donnée à l'Albert Einstein Spacearium de Washington en 1976. L'intégrale de l'œuvre sera entendue à Aix-en-Provence en août 1977.

  • 1976 : Création mondiale d'Harlequin pour un clarinettiste-danseur à Cologne.

  • 1977 : Au Japon, composition de Der Jahreslauf pour l'ensemble impérial de Gagaku, création au Théâtre National de Tokyo. A partir de l'achèvement de Sirius, œuvre conçue comme un rituel, Stockhausen n'envisage plus ses œuvres individuellement, mais comme faisant partie d'une seule œuvre gigantesque comprenant sept opéras dont l'exécution durera une semaine entière : Licht.

  • 1978 : Création mondiale de la version de concert de Michaels Reise um die Erde (deuxième acte de Donnerstag aus Licht) à Donaueschingen.

  • 1979 : Création mondiale de la version de concert de Michaels Jungend (premier acte de Donnerstag aus Licht) à Jérusalem.

  • 1980 : Création mondiale de la version de concert de Festival (scène du troisième acte de Donnerstag aus Licht) à Amsterdam.

  • 1981 : Création mondiale de la version de scène de Donnerstag aus Licht (d'une durée d'environ quatre heures) à La Scala de Milan. Création mondiale de la version de concert de Luzifers Traum (première scène de Samstag aus Licht) à Metz.

  • 1982 : Création mondiale de la version de concert de Luzifers Abschied (fin de Samstag aus Licht) à Assise à l'occasion du huitième centenaire de la naissance de Saint François.

  • 1983 : En décembre, séjour d'une semaine à Paris (renouvelé en août 1984) pour la réalisation de la partie électronique de Kathinkas Gesang (deuxième scène de Samstag aus Licht) sur la 4X avec l'aide de Marc Battier. Création mondiale de la version de concert de cette pièce à Donaueschingen.

    1984 : Stockhausen à l'IRCAM
    © Stockhausen Foundation for Music,
    Kettenberg 15, 51515 Kuerten,
    Germany.
    Fax : +49-[0]2268-1813


  • 1984 : Création mondiale de la version de concert de Luzifers Tanz (troisième scène de Samstag aus Licht) à Ann Arbor (USA). Création mondiale de la version de scène de Samstag aus Licht (environ trois heures et demi) au Pallazo dello Sport de Milan, production de la Scala de Milan.

  • 1985 : Donnerstag aus Licht est de nouveau monté, cette fois au Royal Opera House (Covent Garden) à Londres. Création mondiale de Ave à Milan et de Oberlippentanz à Donaueschingen.

  • 1986 : Création mondiale de la version de concert de Evas Lied (deuxième acte de Montag aus Licht) à Berlin, de la version pour solistes de Michaels Reise um die Erde (deuxième acte de Donnerstag aus Licht) à Brême, et de la version de concert de Evas Zauber (troisième acte de Montag aus Licht ) à Metz.

  • 1987 : Création mondiale de Xi pour flûte à Sienne.

  • 1988 : Création mondiale de la version de scène de Montag aus Licht (environ quatre heures) à la Scala de Milan. Créations mondiales de Xi pour cor de basset et de Susanis Echo (extrait de Botschaft dans le troisième acte de Montag aus Licht ) à Paris. Créations mondiales des versions de concert de Evas Erstgeburt (premier acte de Montag aus Licht), de Mädchenprozession, Befruchtung mit Klavierstück et Wiedergeburt (scènes du deuxième acte de Montag aus Licht ) à Cologne. Création mondiale de Dienstags-Gruss (Frieden-Gruss) de Dienstag aus Licht àl'occasion du sixième centenaire de l'Université de Cologne.

  • 1989 : Création mondiale de Flautina à Vienne.

  • 1990 : Composition de Invasion-Explosion (musique électronique octophonique) et de Pieta dans une version pour flugelhorn, soprano et musique électronique octophonique (deuxième acte de Dienstag aus Licht).

  • 1991 : Création mondiale dans la version avec chanteurs de Jahreslauf (premier acte de Dienstag aus Licht) et premières mondiales des versions de concert des extraits du deuxième acte de Dienstag aus Licht créés l'année précédente. Ces créations de 1991 ont lieu à Frankfort.

  • 1992 : Création mondiale de la version de concert de Dienstag aus Licht dans son intégralité à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne. Création mondiale de Synthi-Fou (Klavierstück XV) (extrait de Dienstag-Abschied de Dienstag aus Licht ) à l'occasion de l'attribution de la médaille Picasso de l'UNESCO à Karlheinz Stockhausen à Cologne. Séries de concerts de Stockhausen et création mondiale d'Elufa (scène du deuxième acte de Freitag aus Licht) à Weimar. Réalisation des scènes sonores de Freitag aus Licht au studio de musique électronique de la WDR.

  • 1993 : Création mondiale de la version de scène de Dienstag aus Licht (environ deux heures) à l'opéra de Leipzig. Série de concerts de Stockhausen à Bruxelles, Duisberg, Florence et Sofia. Composition de Helikopter-Streichquartett (troisième scène de Mittwoch aus Licht).

  • 1994 : Symposium Stockhausen et exécution de trente œuvres de Stockhausen (en majorité électro-acoustiques) au Festival Inventionen de Berlin. Important travail de composition sur Freitag aus Licht .

  • 1995 : Cycle Stockhausen au Salzburger Festspiele. Composition de Welt-Parlament (première scène deMittwoch aus Licht ). Rétrospective Stockhausen (11 concerts) au Festival de Hollande à Amsterdam avec les premières mondiales de Weltraum (musique électronique pour Freitag aus Licht) et de Helikopter-Streichquartett (troisième scène de Mittwoch aus Licht). Hymnen avec solistes au Festspiele de Salzbourg .

  • 1996 : Création mondiale d'Oktophonie (musique électronique pour Dienstag aus Licht ) à la Triennale de Cologne. Création mondiale de Welt-Parlament (première scène deMittwoch aus Licht ) à Stuttgart. Création mondiale d'Orchester-Finalisten (deuxième scène deMittwoch aus Licht ) au Festival de Hollande à Amsterdam. Sept œuvres de Stockhausen sont jouées au Festspiele de Salzburg. Achèvement de la musique électronique et composition de dix scènes de Freitag aus Licht. Création mondiale de la version de scène de Freitag aus Licht à l'Opéra de Leipzig. Stockhausen est compositeur invité à Copenhague, capitale culturelle européenne avec huit concerts qui lui sont consacrés. Création mondiale de Libra pour clarinette basse and musique électronique à Copenhague. Festival Stockhausen à Palerme avec sept concerts de sa musique électronique. Cinq concerts Stockhausen sont donnés à Huddersfield en Angleterre, avec la création mondiale de Bijou pour flûte alto, clarinette basse et bande (extrait du premier acte de Donnerstag aus Licht).

  • 1997 : Six concerts d'œuvres de Stockhausen sont donnés pendant la Triennale de Cologne avec la création mondiale de la musique électronique de Freitag aus Licht à Cologne. Création mondiale de Litanei 97 au fstival European Church Music 1997 de Schwäbisch Gmünd. Création mondiale de Rotary (extrait de Michaelion de Mittwoch aus Licht) au Schloss Dyck près de Jüchen-Aldenhoven. Création mondiale de Capricorn aux Semaines Musicales Internationales d'Orléans. Composition de Michaelion (quatrième scène de Mittwoch aus Licht)

  • 1998 : Le 16 janvier, exécution d'Inori, adorations pour deux solistes et orchestre à la Herkuslessaal de Munich, avec l'orchestre symphonique de la radio bavaroise dirigé par le compositeur. La même pièce sera donnée le 24 janvier au Concertgebouw d'Amsterdam par l'orchestre de chambre de la radiodirigé par Peter Eötvös, puis les 25 et 26 avril à la Cité de la Musique de Paris avec l'Ensemble Intercontemporain dirigé par David Robertson. Trois programmes différents de la musique électronique spatialisée de Stockhausen sont montés au planetarium de la Cité des Sciences de Paris. Un cycle de huit concerts d'œuvres de Stockhausen est joué par l'Ensemble Intercontemporain à l'IRCAM et à la Cité de la Musique (dont quatre exécutions de Gruppen pour trois orchestres dirigés par Pierre Boulez, Peter Eötvös et David Robertson). Le 5 avril, création mondiale de Vortragüber Hu (analyse musicale de Inori) dans son intégralité par Kathinka Pasveer à l'Audimax de l'Université Technique de Darmstadt. Création mondiale de Michaelion (quatrième scène de Mittwoch aus Licht) joué deux fois le 26 juillet théâtre Prinzregenten de Munich pendant les séries de concerts Musica Viva de la Radio Bavaroise. Du 2 au 9 août, cours de Stockhausen à Kürten. 130 participants (interprètes, compositeurs, musicologues et auditeurs libres) de 22 pays différents assistent aux séminaires, aux répétitions publiques et à neuf concerts. Les 25, 27 et 29 septembre, la version de 1998 de Momente est interprétée à Cologne, Zürich et Paris par la soprano Angela Tunstall, le chœur de la WDR et les musiciens de la Musikfabrik dirigés par Rupert Huber. Karlheinz Stockhausen lui-même était le metteur en espace sonore. Du 11 au 14 novembre, Symposium Stockhausen à l'université de Cologne : conférences et débats sur les œuvres de Stockhausen par des musicologues venus d'Allemagne, de France, des Etats-Unis, de Russie, du Japon et de Suisse. Création mondiale pendant ce symposium du Bassetsu-Trio (extrait de Michaelion (quatrième scène de Mittwoch aus Licht).

  • 1999 : Du 12 au 25 juillet, 130 musiciens de 23 pays assistent aux cours de Kürten. Le 16 octobre à la Baar Sporthalle de Donaueschingen, création mondiale de Lichter-Wasser (Sonntags-Gruss) (première scène de Sonntag aus Licht).

  • 2000 : Du 29 juillet au 6 août , troisièmes cours annuels de Kürten avec 130 compositeurs, interprètes, musicologues et mélomanes de 23 pays des cinq continents et dix concerts. Pendant ces concerts, création mondiale de Komet als Klavierstück XVII (extrait de Mittwoch-Abschied, adieu de Mittwoch aus Licht)

  • 2001 : Quatrièmes cours de Kürten du 4 au 12 août (130 participants de 25 pays, dix concerts). Pendant ces concerts, création mondiale de Luzifers Zorn (extrait du premier acte de Montag aus Licht ), de Sukat (extrait de Dienstags-Gruss de Dienstag aus Licht ). Composition de Engel-Prozessionen (pour chœur a capella, commande du Chœur de la Radio Hollandaise, Hilversum, deuxième scène de Sonntag aus Licht ). Composition de Hoch-Zeiten (cinquième scène de Sonntag aus Licht). Dans cette pièce, cinq groupes orchestraux et cinq groupes choraux interviennent simultanément et de manière synchronisée dans deux salles de concert différentes avec des interventions réciproques par transmissions et insertions sonores.

  • 2002 : Le 16 janvier, la troisième région d'Hymnen (1964-1967) est donnée par l'Ensemble Intercontemporain et l'Orchestre du Conservatoire de Paris, avec Karlheinz Stockhausen (projection du son, présentation) et Peter Eötvös (direction) à la Cité de la musique à Paris. Pendant les cours de Kürten, créations mondiales de Europa-Gruss et de Stop und Start (le 27 juillet), et de Strahlen (le 2 août). Au Concertgebouw d'Amsterdam, création mondiale de Engel-Prozessionen (deuxième scène de Sonntag aus Licht ) ( le 9 novembre). Le 13 novembre au Berliner Festspiele, première allemande de la même œuvre : Engel-Prozessionen sous la direction de David Lawrence et avec le chœur de la radio de Hilversum.

  • 2003 : Le 1er février à Las Palmas en Espagne, création mondiale de Hoch-Zeiten (cinquième scène de Sonntag aus Licht), le 14 février à Cologne la première allemande de la même œuvre : Hoch-Zeiten , le 29 août à Salzbourg, première mondiale de Düfte-Zeiten (quatrième scène de Sonntag aus Licht).

  • 2007 : Karlheinz Stockhausen décéde le 5 décembre 2007 à son domicile de Kürten (Allemagne).



© Bruno Bossis & Leonardo/Olats, juillet 2002


Nos rubriques :
   



[ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


Leonardo/Olats a reçu le soutien de la Fondation Daniel & Nina Carasso pour la période 2019-2021
Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.