Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

PIONNIERS ET PRECURSEURS > JEAN-CLAUDE RISSET > SES RECHERCHES
   



Les recherches de Jean-Claude Risset



© Rosenn Risset, 1979
Jean-Claude Risset effectua des recherches aux laboratoires Bell en 1964 et 1965 puis entre 1967 et 1969.

Les premiers travaux de Jean-Claude Risset aux Laboratoires Bell lui ont permis de montrer la complexité des sons de cuivres. L'étude de l'évolution de leurs partiels lui a permis d'envisager la synthèse comme un phénomène dynamique dans lequel les différents paramètres acoustiques du son sont corrélés - la largeur du spectre varie avec l'intensité du son.

Dans la seconde période de recherche qu'il entreprit aux Laboratoires Bell, Jean-Claude Risset étudia d'autres modèles instrumentaux : gong, cloches, percussions, flûte, clarinette…. Cette recherche sur l'analyse des sons a été effectuée parallèlement à l'élaboration de techniques de synthèse appropriées. Il réalisa également la synthèse de sons plus abstraits comme ceux qu'il appela les sons paradoxaux.

Il fit connaître le résultat de ses recherches en réalisant en 1969 un "catalogue de sons synthétisés par ordinateur".

Ultérieurement, des études réalisées en collaboration avec David Wessel lui ont permis de mettre en évidence certaines des caractéristiques des sons qui permettent de les classer en fonction de notre perception. Le problème des compositeurs vis-à-vis du timbre est dû au fait qu'ils ne disposent pas d'échelle de notation, comme c'est le cas avec les autres paramètres musicaux (hauteur, intensité, durée). Les travaux de John Grey, David Wessel et Jean-Claude Risset ont permis de définir plusieurs paramètres fondamentaux du timbre : la brillance (liée à la distribution spectrale de l'énergie), les détails de l'attaque ou la synchronisation/désynchronisation des composantes spectrales [Risset, Wessel-1991].

Par ailleurs, Jean-Claude Risset a souvent dénoncé les faiblesses des techniques de synthèse fonctionnant en temps réel, très à la mode dans les années 80-90. Il considère qu'il est très difficile de produire en temps réel des sons complexes dont les contrôles sont pertinents et que, par ailleurs, construire un dispositif temps réel pour une œuvre - ou une œuvre pour un dispositif temps réel - est un travail très long et délicat qui dépend beaucoup trop de la machine sur lequel il est mis au point.

Pour Jean-Claude Risset, ce n'est que depuis peu que le temps réel n'est pas pénalisant dans les processus de synthèse et de traitement numérique.1 Par contre, en ce qui concerne les processus de composition, il a lui-même fait diverses propositions que l'on peut retrouver dans les pièces qu'il a écrites pour pianiste et ordinateur. Dans "Duo pour un pianiste", l'ordinateur répond au jeu du pianiste. Plusieurs techniques sont utilisées : doublage (ornementations), miroirs (symétries), extensions (arpèges transposés), figures fractales, agrandissements, métronomes, proliférations, résonances.


1 " le temps réel a trop longtemps joué le rôle d'un miroir aux alouettes, amenant parfois à une régression musicale. On s'étonne de voir des compositeurs soucieux de rigueur formelle s'y abandonner à un empirisme débridé. Séduisant d'emblée par son apparente facilité, le temps réel est difficilement résistible : or il concerne plus l'interprétation et l'improvisation que la composition, laquelle est par nature hors temps. L'utilisation d'un système temps réel à un moment donné est plus fréquemment irréfléchie et stéréotypée, due plus à d'éventuelles possibilités qu'à une nécessité musicale " [Risset-1993, p. 54].


© Laurent Pottier & Leonardo/Olats, janvier 2002



Nos rubriques :

 

 

   



[ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.