PROJETS / STATUT ESTHETIQUE DE L'ART TECHNOLOGIQUE / PARTICIPANTS


PHILIPPE BOOTZ
Démarche | Bibliographie

Email : Motsvoir@aol.com

BOOTZ Philippe, né pour se reposer le 10 mai 1957, agrégé de physique, docteur en physique de l'université de LILLE I, président de l'association MOTS-VOIR depuis 1984, éditeur de la revue alire (écrits de source électronique) depuis 1989, chercheur en communication au GERICO-CIRCAV de l'université de Lille 3 depuis 1994.

Professeur d'optique par ailleurs.          

Pour le repos c'est raté.

Ecrit entre 1978 et 1990 des poèmes visuels présentés au public sous formes d'expositions, de spectacles ou d'installations (poèmes-lieux) qui mélangent l'espace du texte à l'espace physique du lecteur, les liaisons logiques du texte à celles créées par la l'acte de lecture.
Réalise depuis 1979, mais surtout à partir de 1986, des poèmes télématiques, animés sur ordinateurs, intéractifs et à lecture unique, vidéo.
Cocréateur en 1988 de l'équipe L.A.I.R.E et de la première revue d'écrits informatiques diffusés sur support informatique, alire.
Publie régulièrement poèmes sur ordinateurs et articles théoriques, essentiellement dans la revue alire et des revues universitaires.

Démarche


1ére direction : la lecture interdit la lecture :

* par la gestion particulière (en temps différée ou partielle) de l'interactivité
* par l'utilisation des images mentales des lectures précédentes (poème-à-lecture-unique, voir ci-dessous)
* par la polysémie créée par l'apparition de l'oralité dans l'écrit (poème animé qui ne peut être lu que s'il est relu)

2éme direction : gestion des processus de lecture

un " poème-à-lecture-unique " tel passage s'organise en 3 phases qui se déroulent sur plusieurs lectures irréversibles :
- une 1ère phase constituée de textes multimédias qui mettent en place l'aspect narratif du texte et miment notamment le comportement de la phase suivante. Au cours de cette phase le lecteur a le choix entre la relecture du texte en cours, la lecture du prologue ou la lecture suivante.
- une 2ème phase interactive dans laquelle le lecteur n'a le choix qu'entre lecture suivante et lecture du prologue (la relecture d'un texte interactif n'a pas de sens). Cette phase est constituée d'un hypertexte dans lequel chaque noeud peut n'être activé qu'une seule fois. Elle correspond à une entrée d'information par le lecteur en vue de l'élaboration de la phase suivante. Remarquons que le lecteur " ne peut pas ne pas lire " car toute inactivité est interprétée par le programme comme une volonté de non intervention. La liberté d'action du lecteur conférée par l'interactivité devient une contrainte.
- une troisième phase constituée d'un générateur automatique de texte animé qui ne génère qu'un seul texte : la réponse à l'état de demande qui ressort de l'interactivité de la phase précédente. Le projet global apparaît comme une " plante " qui s'est peu à peu adaptée au lecteur dans un dialogue. Le texte animé final possède une histoire pour qui l'a généré à l'exclusion de tout autre lecteur.

3ème direction : l'écriture comme gestion des brisures d'une oeuvre

cause : - l'exécution d'un texte dépend fortement de la machine (hard et soft)
conséquence : concevoir un générateur adaptatif : On considère le texte-à-voir animé comme un ensemble de processus virtuels et le générateur comme l'ordonnanceur de ces processus, chargé notamment de gérer les incompatibilités en attribuant des priorités et des états à ces processus. Les textes réalisés avec ce générateur n'auront pas de comportement prévisible ; le texte-à-voir généré ne sera pas connu de l'auteur, même pour un texte non interactif.
nouvelle possibilité qui en découle : écrire des textes qui généreront des textes-à-voir différents sur des générations de machines inconnues. La brisure constituée par l'écriture est le pendant de celle réalisée lors de la lecture et, comme elle, est essentiellement constructive. L'auteur se voit contraint de calculer les réalisations du générateur en fonction du contexte de lecture, il ne peut donc prévoir le détail des synchronisations, effets et polysémies qui se manifesteront lors de la lecture, mais cela lui assure une lisibilité et une cohérence certaine sur toute machine compatible. Le texte gagne en lisibilité ce qu'il perd en fidélité et cet état est susceptible de permettre la réalisation de textes " qui ne vieillissent pas techniquement " mais se métamorphosent constamment, dont le statut même est susceptible d'évoluer avec les performances de la machine, des textes donc " que nul ne peut affirmer avoir lu ".


Bibliographie



Principales expositions de poésie visuelle

Principales manifestation de poésie animée sur ordinateur


Conferences, congrès et interventions en séminaires



Articles parus

Barre de navigation treilles


[Accueil Colloque] - [Présentation] - [Programme] - [Participants] - [Interventions]
Pour tout renseignement concernant le colloque, contactez Jacques Mandelbrojt - <jmandelbrojt@cyberworkers.com>

 

 

 


Document mis à jour : Wednesday, February 16, 2011 09:46 PM

Barre de navigation


Copyright ISAST/LEONARDO © 1997-98
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <
bureaud@altern.org>
pour les problèmes concernant le site, Carmen Tanase<
carmen_tanase@hotmail.com>
Hébergement :
www.xcom.fr