REPERES ET RESSOURCES / PRESENTATION D'OEUVRES OFF-LINE


Rehearsal of Memory

Harwood, 1995
Bookworks, 19 Holywell Row, London EC2A 4JB, Angleterre
Macintosh


Harwood a travaillé avec des patients d'un hôpital psychiatrique/prison en Angleterre, atteints de troubles graves et ayant commis des crimes sérieux, pour créer un personnage composite issu de leur histoire. Un corps sert d'interface à l'exploration des événements importants de la vie de ces personnes. Face à lui, notre corps "libre" est enfermé dans le miroir de celui de l'autre, montré en fragments sur l'écran, coincé par le cadrage. L'écran devient "fenêtre" sur une autre réalité, oeilleton dans un système de surveillance qui nous transforme en voyeur mais aussi miroir de nous-mêmes par l'artifice d'une fausse échelle 1/1.

Les traces (tatouages, mots) sur ce corps sont les seuls accès à l'histoire. Activées, elles révèlent des textes, des coupures de presse, des interviews, etc. Le corps marqué est le reflet du psychisme. Ces traces lisibles sur le corps agissent comme autant de cicatrices mentales. Rehearsal of Memory renvoie à notre normalité mais aussi à notre voyeurisme, nous place dans la position du personnel hospitalier. Notre parcours est autant d'intrusions dans la vie de l'autre, dans l'être : on "clique" sur la peau comme on ferait une piqûre. Mais c'est aussi une des conditions de la compréhension, une intrusion dans notre propre peau, dans notre moi, un voyage dont on ne revient pas innocent car nous aussi nous commettons une transgression "même par souris interposée" : celle de regarder, de toucher, de caresser un corps nu, inconnu, mystérieux, inquiétant, celle de regarder "en face" la folie.

Il n'y a pas d'issue possible, le bouton "out" n'est pas actif, on ne sort pas de l'oeuvre, comme on ne sort pas de cet hôpital.

Rehearsal of Memory défie nos postulats sur la normalité en nous confortant simultanément à une machine propre et confortable, remplie d'immondices, d'interdictions et de démence, dont la mécanique sanitaire est contaminée par le flux des exclusions humaines écrit Harwood.


Annick Bureaud <bureaud@altern.org> - Juin 1998.

 


Barre de navigation
Copyright ISAST/LEONARDO © 1997-98
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <
bureaud@altern.org>
pour les problèmes concernant le site, Carmen Tanase<
carmen_tanase@hotmail.com>
Hébergement :
www.xcom.fr