[Biographie résumée] - [Biographie complète ]- [Galerie virtuelle]
[Bibliographie relative à l'oeuvre de F. Malina] - [
Souvenirs, Témoignages]
[
Liste des publications scientifiques et artistiques de F. J. Malina]
[
"Frank J. Malina's Memoirs" (3 volumes)]

L'art cinétique

"L'art cinétique est né naturellement de l'éternel désir de l'artiste d'animer ses images", écrit Frank Popper.

Les premiers signes d'une recherche en direction de l'art cinétique se manifestent dans les années 20, période profondément marquée par l'esthétique de la machine. L'oeuvre d'art ne suggère plus le mouvement. Elle l'utilise, et le met en scène. Que l'on se réfère, par exemple, aux oeuvres tridimensionnelles des dadaïstes Marcel Duchamp et Man Ray, aux créations constructivistes d'un Tatline ou Gabo, ou bien encore aux mobiles conçus par Alexander Calder, dans les années 30.

Mais l'art cinétique, en tant que tel, s'est développé et affirmé à partir de 1953-54, sous l'égide des artistes Nicolas Schöffer, Frank Malina, Palatnik, etc. Il est loin de constituer un courant uniforme. S'il comprend des oeuvres tridimensionnelles (machines ou mobiles), il désigne également des oeuvres "luminocinétiques" à deux ou trois dimensions combinant lumière et mouvement. Enfin, il englobe des oeuvres en mouvement virtuel qui sollicitent les sens tactiles et visuels du spectateur, et font de lui un "participant cinétique".

Parmi les artistes qui se sont intéressés plus précisement aux machines et mobiles, on citera Nicolas Schöffer (Cf. ses tours spatiodynamiques); Tinguely et Bury qui introduisent dans l'art cinétique une expression ironique et poétique; Kosice dont les machines fonctionnent sous l'action des forces hydrauliques; ou bien encore l'Italien Munari qui poursuit plus en avant le travail de Calder sur les mobiles.

Dans le courant "luminocinétique" (qui fait suite à l'art Lumia de Thomas Wilfred, puis aux expériences des artistes du Bauhaus) s'inscrivent des personnalités telles que : Frank J. Malina qui - vers 1955 - participe au renouvellement du luminicétisme avec le système lumidyne; Palatnik qui met au point des oeuvres cinéchromatiques; et Nicolas Schöffer auteur des "télé-lumières"..

Un peu en marge de ces deux tendances, se développe le mouvement virtuel et l'op art dont les représentants les plus connus sont Joseph Albers, Vasarely, Soto, et le Groupe de Recherche d'art visuel de Paris. Frank J. Malina s'intéressera aussi quelques temps à cette expression de l'art cinétique.

Au delà de la diversité des techniques et des sensibilités, les artistes cinétiques se rejoignent en ce que leur création est étroitement liée aux découvertes de la science et aux avancées technologiques du XXè siècle. D'une part, ils utilisent des matériaux et moyens techniques nouveaux (plexiglas, lumière polarisée, aciers flexibles, découvertes de la cybernétique...); d'autre part, ils prennent pour sujet les aspects techniques et psychologiques de leur temps. Ils visent à incorporer l'art dans notre environnement, assignent à l'art un rôle à la fois fonctionnel et esthétique, et construisent une nouvelle relation entre l'oeuvre d'art et son spectateur dans lequel le spectateur intervient de manière active, psychologiquement et physiquement, dans l'environnement artistique qui lui est proposé. L'art cinétique met également l'accent sur l'interaction art /sciences/technologie. Ainsi, conçoit-il la création comme un acte de collaboration entre artistes, savants, psychologues et théoriciens de l'art.

Quelques références bibliographiques de base :

  • Frank POPPER, Naissance de l'art cinétique, Paris : Gaulthier-Villars, 1967.
  • Frank POPPER, Lumière et mouvement, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, 1967 (cat. d'expo).
  • Nature et art du mouvement - Sous la direction de Gyorgy Kepes, Bruxelles : La connaissance, 1968.
  • Nicolas SCHOFFER, Le nouvel esprit artistique, Paris : Denoël, 1970.
  • Roger BORDIER, L'Art moderne et l'objet, Paris : Albin Michel, 1978.
  • Carte blanche à Denise René, aventure géométrique et cinétique, Paris : Paris Art Center, 1984 (cat.d'expo).

 

 

[Biographie résumée] - [Biographie complète ]- [Galerie virtuelle]
[Bibliographie relative à l'oeuvre de F. Malina] - [
Souvenirs, Témoignages]
[
Liste des publications scientifiques et artistiques de F. J. Malina]
[
"Frank J. Malina's Memoirs" (3 volumes)]


Document mis à jour : Thursday, February 17, 2011 01:55 PM

Barre de navigation


Copyright ISAST/LEONARDO © 1997-98
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <
bureaud@altern.org>
pour les problèmes concernant le site, Carmen Tanase<
carmen_tanase@hotmail.com>
Hébergement :
www.xcom.fr